vendredi 3 mai 2019

Drome, Drac, Isère



De Privas, la vallée de la Drôme me conduit jusqu’à Die, la 

capitale de la clairette.


Privas

Drôme

Die



Le col de Menée traverse le Vercors et au sommet je vois déjà la 

barre des Ecrins.


col de Menée (1402m)

St-Sébastien



Je remonte le Drac à partir du barrage du Sautet, à demi vidé en 

prévision de la fonte des neiges, et découvre le très haut bocage du 

Champsaur.


barrage du Sautet

vallée du Drac



Les pâtures s’élèvent ici au-delà des 1000 mètres d’altitude, juste 

au pied de la très haute montagne.


St-Léger les mélèzes

Ancelle : haut bocage à 1200m 




Je gagne la station d’Orcières-Merlette, à 1800m d’alt ; le vélo 

couché m’y mène tranquillement, à son petit rythme de faux 

dormeur.


Orcières




En revenant sur mes pas, j’entre dans la sublime vallée sauvage de 

Valgaudemar. Je pose mes bagages au camping de Saint-Maurice, 

et remonte en light le cours de la Séveraisse jusqu’au Chalet du 

Giobernay.


la Séveraisse

chalet du Giobernay (1700m)





Je laisse le vélo, et suis des randonneurs qui partent après 17h à 

l’assaut d’un col à plus de 2000m d’alt. Au bout de 20 minutes de 

marche, la neige bloque mon ascension. Pas celle de mes 

prédécesseurs, qui se chaussent de leurs skis portés auparavant sur 

leurs épaules et disparaissent dans la blancheur, en quête sans 

doute d’un nuit sauvage à passer dans un refuge non gardé au cœur 

de cette montagne envoûtante.


à l'assaut du col




En redescendant sur le soir, je suis également le seul campeur de la 

vallée.

Le lendemain, la discussion avec le propriétaire du camping 

s’anime autour de la présence du loup, véritable hantise du berger. 

Débat passionnant, car passionné.

Je laisse à regret cette belle vallée et ce charmant camping, avec 

son étonnant train électrique grandeur nature … à voir !


Je redescends le Drac jusqu’à sa confluence avec l’Isère, en 

accompagnant le soleil dans sa chute derrière le Vercors.


Drac

Monteynard

Vercors...






A Albertville, en suivant l’Isère, je rencontre Justine, qui avec 

Jansen, a traversé l’Amérique du nord au sud pendant un an ; un 

superbe voyage à vélo qui outre les paysages découverts leur a 

permis de participer à de nombreux projets ayant trait à la 

permaculture :   www.semeenselle.com







en remontant l'Isère ; vallée de la Bréda



A Moutiers, j’oblique à droite dans la vallée du Doron, et me pose 

à Brides-les-Bains, avec vue imprenable sur la Pointe de la Grande 

Casse.


vallée du Doron

Pointe de la Grande Casse (3795m)



Au dessus de Brides, ce sont les stations huppées de Méribel et 

Courchevel.







Plus à l’est, la station de Pralognan, où je me hisse sous le froid et 

la pluie, semble déjà hors saison.






Mais c’est dans le vallon de Champagny, après une belle grimpette 

au dessus du village, que l’on a la meilleure approche du Massif de 

la Vanoise. Une demi-route bien sauvage monte progressivement 

jusqu’au pied de la montagne, en passant au pied des cascades, et 

où chamois et mouflons ne sont jamais loin.








Je termine mon voyage dans la Haute Tarentaise en poussant 

jusqu’à Bourg-Saint-Maurice, sise au pied de trois grands cols 

(l’Iseran, le Petit St-Bernard et le Cormet de Roselend) encore 

fermés.


basilique romane d'Aime

Haute Tarentaise 

Bourg-Saint-Maurice




Je me repose un jour dans cette impasse agréable, en prenant 

l’impressionnant funiculaire qui depuis la gare SNCF monte 

directement aux pistes. Cinq minutes seulement pour grimper à 

1600 mètres d’altitude, avec des pentes à 40 % : belle prouesse 

technologique.


Retour à Albertville sous la grisaille, avant de rentrer dans le petit 

Massif des Bauges, en empruntant le col de la Marocaz depuis 

Cruet ; sept kilomètres de crapahute à plus de 9 % de moyenne : ce 

n’est pas la pente du funiculaire, mais ça décoiffe quand même.


St-Paul sur Isère

Massif des Bauges : château de Miolans




A l’approche du sommet, un couple part à pied à l’assaut du 

Rocher par les sentiers. Comme je vois qu’il boîte un peu, 

l’homme me dit qu’il s’est fait posé une prothèse au genou droit 

depuis le mois de novembre. Mais à 75 ans, ça ne l’empêche pas 

de continuer ses activités !


A Gap, quelques jours plus tôt, j’avais croisé Philippe qui comme 

moi, s’est mis au vélo couché. Comme je n’avais pas mon appareil, 

il m’a envoyé une photo de sa monture, avec la remorque en prime.

Philippe a 85 ans, et ne les porte évidemment pas. La montagne, 

dans son apparente âpreté, engendre de rudes gaillards !








A Chambéry, la visite guidée du château pour en apprendre plus 

sur le long règne des Ducs de Savoie est incontournable ; on entre 

en plus dans la fameuse Sainte Chapelle.


château des Ducs de Savoie

Sainte Chapelle




Le col de l’Epine, à 1000 mètres, fait basculer dans le massif de la 

Chartreuse.


Chartreuse ; le soir sous le soleil...

... le matin sous la brume

col de l'Epine et lac d'Aiguebelette





En quittant le lac d’Aiguebelette, la rencontre avec Attica ne se fait 

pas sans frayeur. La chamelle, âgée de 10 ans, ne sait pas trop quoi 

penser de cette machine roulante. Et comme il en sort un bonjour 

sensé la rassurer, c’est l’inverse qui se produit.

« Cette diablerie parlante n’a rien d’un camélidé », pense-t-elle.

Elle fait brusquement demi-tour, se met à courir dans ma direction 

opposée, obligeant sa jeune maîtresse à courir avec elle, tout en 

essayant de ne pas lâcher la laisse.





Finalement, après être descendu de ma monture, Attica se laisse 

apprivoiser. Sa maîtresse comptait partir en voyage en la montant ; 

mais elle devra lui apprendre à maîtriser sa peur.

Nous prenons congé assez rapidement, car Attica, peu intéressée 

par notre conversation, se met à dévorer la haie qui lui fait face, et 

commence à lui donner une forme aux contours asymétriques ; 

efficace comme taille, mais pas très esthétique !




Après cet intermède, il ne me reste plus qu’à rejoindre Valence, en 

suivant à partir de Romans l’Isère jusqu’à sa confluence avec le 

Rhône.


plateau de Chambaran : St Antoine l'Abbaye








Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.