jeudi 2 août 2018

retour par les champs non élyséens


Je quitte le pays basque sous la pluie, alors que le contre-la-montre 

se joue dans l’après-midi.




l'Adour



La vingt-et-unième et dernière étape se joue pour moi en quatre 

jours, avec une pause culturelle aux grottes de Lascaux.







Pas de Champs-Elysées, mais les belles demi-routes des Landes, 

du Lot-et-Garonne, de Dordogne et des Charentes.


voie verte de Chalosse

Labastide d'Armagnac

Gontaud de Nogaret

Beaumont du Périgord


Jonzac

Charentes...



une église romane parmi d'autres




C’est étrange de ne plus être sur la route du Tour, de ne plus voir 

les panneaux jaunes qui annoncent la fermeture prochaine de la 

route, de ne plus avoir à terminer l’étape avant la nuit, de ne plus 

sentir l’arrivée des coureurs que la pression croissante des suiveurs 

annonce.


Ma course se termine à Rochefort, après un contre-la-montre d’un 

mois d’un peu plus de 4500 kilomètres, soit en moyenne 

150km/jour.

Les étapes furent parfois longues, et avec le poids des bagages, la 

montagne m’aura donné de belles suées.


J’ai cependant gardé mon rythme de cyclo-voyageur : ne pas se 

mettre dans le rouge, et être toujours capable le soir de faire trente 

ou cinquante kilomètres de plus si besoin.


Malgré mes deux précédents tours de France, j’ai encore découvert 

des paysages que je ne connaissais pas ; il me reste toujours de la 

route à faire ! ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.