mardi 17 juillet 2018

des Alpes à la Lozère


A la gare routière de Lille, les gens se ruent vers les soutes dès 

l’arrivée du bus. Il ne reste plus de place pour loger Paulo et ses 

sacoches. Le chauffeur m’ouvre un compartiment destiné en 

principe aux voyageurs qui monteront à Paris. Je ne reste pas sur le 

quai ; la course continue.



Depuis Lyon, un ter me hisse à Annecy. Je longe tranquillement les 

rives du lac et m’arrête pour ma journée de repos à un camping 

situé un peu avant Ugine.

Le soir, la France élimine la Belgique dans la douleur.








Le lendemain je débute la première étape alpestre avec une seule 

sacoche : une boucle depuis Ugine me permet de faire le parcours 

en light.

Le première montée est le col de la Croix Fry. Quel plaisir de 

retrouver ces paysages savoyards.







Après la descente sur la Clusaz, la courte mais sèche montée vers 

le plateau des Glières réveille le cuisses. Je dépasse un cycliste à 

pied qui a dû partir trop vite sur ces rampes à 12 %.

En haut une belle piste permet de basculer après un replat de 6 km 

vers la longue descente jusqu’au pied des deux dernières 

ascensions du jour : le col de Romme, suivi de la fin de la 

Colombière.



plateau des Grières

Cluses ; montée vers le col de Romme


col de la Colombière




La onzième étape, bien que courte, est une course de côtes entre 

Albertville et La Rosière. Cette fois-ci Paulo est en charge 

complète.

Montée des Saisies d’abord, puis le magnifique petit col du Pré 

après midi.



montée des Saisies



col du Pré



Après avoir glissé tranquilement vers le lac, il faut remonter 

jusqu’au Cormet de Roselend avant de basculer vers une belle 

descente tout schuss vers Bourg-Saint-Maurice.




lac de Roselend

Cormet de Roselend

encombrements dans la descente vers Bourg-Saint-Maurice



Il est déjà 19h. Je pose mes affaires au camping de Séez, et termine 

en light l’étape en crapahutant jusqu’au première maisons de La 

Rosière.



montée vers La Rosière




Départ à l’aube pour la douzième étape. Le col de la Madeleine 

m’occupe toute la matinée.










Je plonge vers la vallée de l’Arc. Il est déjà 13h30, et la forte 

chaleur me cloue à Saint-Jean-de-Maurienne. Longue pause 

déjeuner, puis je reprends à 16h l’ascension de la Croix de Fer 

longue de 30 km.

A Saint-Sorlin d’Arves le sommet se dresse enfin devant moi. Je 

l’atteins à 20h30. Les abords des dernières rampes sont déjà 

squattées par les campings-cars qui vont patienter encore 6 jours 

avant le passage des coureurs. En attendant la traite des vaches à 

2000 mètres d’altitude fait le spectacle.




Saint-Sorlin












La descente vers Le Bourg-d’Oisans n’est pas franche ; il faut 

même remonter sur du 12 % pendant quelques hectomètres.

A Allemont il fait déjà nuit. L’accueil du petit camping est encore 

ouvert à 22h. Je m’y arrête pour la nuit après une journée bien 

éprouvante.




Allemont



Je pars à l’assaut de l’Alpe d’Huez le lendemain matin en light. 

Moi qui me fait d’habitude toujours dépassé je deviens celui qui 

dépasse ; c’est plus motivant !



Alpe d'Huez ; vue sur la vallée de la Romanche

virage n°1, qui en partant du bas est en fait le dernier





A midi seulement j’entame la treizième étape vers Valence. Je suis 

trop court pour atteindre la préfecture de la Drôme. Après un 

magnifique détour autour des petits villages en pierre du Royans, 

je stoppe au camping municipal de Saint-Nazaire.




les noyers, le long de l'Isère

Pont-en-Royans

Sainte-Eulalie



Journée de transfert en ce dimanche de finale des Bleus. 50 km à 

vélo jusqu’à Valence, puis un train me dépose au camping de Saint-

Paul-Trois-Châteaux.

La victoire face à la Croatie est saluée par un concert de klaxons ; 

mais les mélodies du festival de jazz qui se tient dans les murs de 

la vieille ville finiront par s’imposer : Saint-Paul n’est pas les 

Champs-Elysées !



La quatorzième étape est un régal de cyclotourisme : gorges de 

l’Ardèche, montée dans les Cévennes sous une pluie soutenue, 

puis final magnifique autour des Monts de Lozère … je finis tard 

et éreinté à Mende, mais quelle belle journée de vélo !




passage du Rhône à Bourg-Saint-Andeol

gorges de l'Ardèche



Lozère




Le Pont de Montvert
plateau u Mont Lozère











Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.