dimanche 16 octobre 2016

saison d'été à Napoléon Vendée

Faire du tourisme dans une ville connue permet de (re)découvrir ses monuments pourtant familiers. La petite seigneurie de Roca super Oion a connu quelques aménagements depuis sa création au Xème siècle.
Son château bâti sur la roche dominant le Yon fut démantelé par Richelieu, puis incendié après les guerres de Vendée.




Ce qui restait alors de l’ancien bourg médiéval, blotti autour de la place de la Vieille Horloge, vit son destin chamboulé lorsque Napoléon himself décida d’en faire la capitale du département afin de pacifier la Vendée.

vieille ville : maison Renaissance

vieille ville : rue de La Roche sur Yon


C’est le décret du 5 prairial de l’an XII, le 25 mai 1804, qui lança l’érection de la ville nouvelle. Mais l’Empereur ne fut pas satisfait des premiers résultats : « j’ai répandu l’or à pleines mains pour édifier des palais, vous avez construit une ville de boue ». Car le pisé retenu pour l’édification des premières maisons, choisi en vue de faire des économies, n’était pas fait pour supporter un climat océanique.

maison Gueffier ; unique maison en pisé encore debout


Il faudra quelque temps donc pour qu’autour d’une grande place centrale pouvant accueillir une armée de 10 000 hommes se dessinent les contours de ce qui fait aujourd’hui l’originalité de la préfecture de Vendée : des « cuadras » séparées par des parallèles et des perpendiculaires contenues dans cinq grands boulevards formant un Pentagone.

grands boulevards du Pentagone

boulevard Briand


Tous les édifices importants sont achevés dans la première moitié du XIXème siècle : l’église Saint Louis, le Palais de Justice, l’hôtel de ville, le lycée Edouard Herriot, la préfecture, le théâtre italien.



préfecture


Au centre de la place, la statue équestre de Napoléon, sculptée dans le bronze par le comte de Nieuwerkerke, fut installée en 1854, et échappa à la fonte pendant l’Occupation. Le kiosque à musique date de 1884 … la place Nap’ connut alors de nombreux aménagements jusqu’à son récent envahissement par d’étranges animaux, sans que cela ne fasse pourtant déloger l’Empereur de son imposant piédestal de granit porphyroïde !





En 1866, l’arrivée d’un premier train en gare de Napoléon-Vendée lance le développement de la ville au-delà du Pentagone.





quartier Zola


Les premiers HLM apparaissent en 1954 à la Liberté avant de se répandre dans des quartiers plus lointains pour répondre aux nécessités économiques de l’agglomération.



La ville de 50 000 habitants reste cependant à taille humaine, et a su garder le long de la vallée du Yon de nombreux espaces verts, du barrage de Moulin-Papon au nord, jusqu’aux anciennes filatures de Piquet aux confins sud du pays yonnais.

lac de barrage de Moulin Papon


vallée du Yon


C’était d’ailleurs une recommandation donnée par Napoléon aux ingénieurs chargés de l’élaboration des plans de la ville : « surtout des parcs et des jardins !».

square Bayard


jardin de la préfecture


D'autres aspects de la ville...

château du Plessis
parc de Beaupuy
stade Henri Desgranges

salle du Manège

rue Clemenceau

fête de la musique

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.