lundi 22 septembre 2014

La Paz, Oruro ... deuxième !



La Paz me semble désormais bien familière.



Je retourne dès mercredi à la clinique située à deux pas de la casa pour retirer les broches qui depuis six semaines me triturent le doigt.

Après tant de temps passé dans son capuchon, l’aspect extérieur de l’auriculaire est plutôt repoussant : l’ongle est quasiment prêt à tomber, et les lambeaux de peaux que le médecin enlèvent sans ménagement laissent entrevoir un morceau de doigt digne d’une opération du docteur Franckenstein.



Deux jours après le changement du pansement, libéré des clous (on appelle ici les broches “clavos”), je décide de reprendre la route.

Dernier au revoir aux habitants actuels de la casa, aux Anglais Cherry et Nathan et autres cyclistes de toutes nationalités, Lichtenstein, Russie, Italie…

Katharina et Bram sont déjà repartis vers la Patagonie, alors que Marion et Virgile, plein d’enthousiasme sur la façon de partager leur voyage, arrivent juste à La Paz.



Je pars un dimanche et décide donc d’emprunter les 12 kilomètres de rocade tout en montée pour quitter la ville. La pente est plutôt conciliante mais pour une reprise ça dégage les bronches.

l'église de El Alto tout en haut annonce la fin de la grimpette


Au sommet, El Alto, devenue avec 1 million d’habitants aussi populeuse que La Paz, s’étend à perte de vue sur l’altiplano : plutôt laide avec ses maisons de briques en éternelle construction et l’absence de tout plan urbain.

El Alto : une des rares maisons à l'architecture originale
 
Je glisse pendant deux jours et demi vers Oruro sur un bitume plutôt facile avec vent favorable, même si les quelques passages en col au milieu de collines fatiguées obligent à s’employer un peu pour s’extraire des faux-plats montants un peu longuets. 

 
Je retrouve un contact plus naturel avec les habitants, et la pause déjeûner au pied de cette superbe église coloniale à Sica Sica me fait retrouver les petits bonheurs simple qu’occasionnent souvent le voyage à vélo.
 

majesteuse église coloniale de Sica Sica



Sica Sica : plaza de Armas

pause-déjeûner dans la Puna en companie d'un sacré gourmand

l'altiplano, au pied des Andes



La 4 voies en construction me permet de trouver deux bivouacs faciles à l’abri de petites dépressions créées par les travaux.


Puis retour à Oruro, en entrant cette fois-ci par le nord où l’avenue principale tente de soigner ses abords sous l’oeil bienveillant d’Evo.





Oruro n’est peut-être pas la plus belle ville de Bolivie, mais est de loin la plus bolivienne. On y croise quasiment pas de gringos, et le marché qui s’articule autour de la voie ferrée est toujours aussi merveilleusement bordélique.
Et quand le train de marchandises entre en gare à coup de sirènes les étals posés sur les rails disparaissent comme par magie pour réapparaître selon le même sortilège une fois le dernier wagon passé.


la voie ferrée ne reste pas longtemps inoccupée !


Les commerces identiques se trouvent dans la même rue, défiant toute notion de concurrence, avec par exemple la rue des coiffeurs



ou celle des avocats (“abogados”)




à l’instar de la rue San Diego à Santiago du Chili où une cinquantaine de magasins à vélos se côtoient en pratiquant quasiment tous les mêmes prix.



On aime aussi beaucoup les défilés, sorte de grande répétition peut-être pour le grand carnaval de Pâques.








Retour à l’hôpital, pour désinfecter la plaie encore béante et loin d’être cicatrisée occasionnée par les deux broches du dessus enlevées il y a maintenant une semaine.



Nouvelle radio également qui ne se montre guère plus encourageante que celle effectuée un mois après l’opération.

Nouvel avis médical, à chaque fois différent des précédents ; c’est vrai que ma mobilité ne simplifie pas forcément les choses, mais il semble que chaque docteur aurait opéré d’une autre façon, sans doute meilleure.

Je ne sais pas si mon doigt va guérir, mais je suis quand même bien guéri des hôpitaux boliviens !

J’étais arrivé à Oruro avec un doigt cassé ; j’en repars avec un doigt à peine réparé et une blessure qui ne demande qu’à s’infecter.



Tant pis. Je poursuis encore un mois ma route, avec une atèle qui maintient droit le haut du doigt.

Après ce délai, j’aviserai…

préfecture


lago Uru Uru







































Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.