mardi 26 août 2014

La Paz (1)



Mettre Paulo dans un bus ; voilà bien la dernière des extrémités à laquelle j’aurais aimé être confronté.

J’arrive à la gare à l’heure que l’on m’avait conseillée, mais vue la gueule que me tire le bagagiste,  j’aurais dû anticiper. Mais bon, avec un peu de bonne volonté, le vélo trouve sa place bien comme il faut à l’arrière du bahut.



Je n’ai jamais réussi à bien dormir dans un bus, celui-ci ne déroge pas à la règle. L’itinéraire suit des villes déjà visitées auparavant, dont Potosi et Oruro, avant de gagner El Alto, la ville banlieue de l’altiplano qui domine La Paz.



J’atterris à la casa de ciclistas tenue par Cristian où je vais passer plus d’une quinzaine de jours en attendant la guérison du doigt.

Ce couple d’Anglais, Matt et Anna, m’y accueille avant de reprendre leur route vers le sud le lendemain.



La Paz est une ville toute en hauteur, de 4000 mètres à El Alto avec ses quartiers populaires, à 3000 mètres en bas de la vallée avec ses maisons chic.



Comme à Sucre, je déambule dans la ville au gré de mes envies en découvrant ses monuments qui s’étirent de part et d’autre de l’avenue principale.

monastère San Francisco...



plaza Murillo
cimetière

calle Jaen

 
Sopocachi


La Paz offre de nombreux miradors, de jour…


…ou de nuit
  





Le colis qui m’attendait prématurément à Santiago se trouve dans le bon tempo à La Paz, et vient finalement à point nommé pour couronner cette année de voyage !





Quelques randonnés sur un ou deux jours permettent de s’échapper un peu du centre…

la vallée de La Luna, avec ses étranges formations géologiques...

passage devant le zoo de Mallasa et ses condors des Andes...

... avant de profiter d'une belle vue sur la vallée située plus en aval



La virée au bord du lac Titicaca ne se passe vraiment comme prévue.
Pour gagner Copacabana, le bus traverse seul cette partie du lac tandis que les passagers utilisent une autre petite embarcation.




Mais sur l’autre rive, alors qu’on est toujours en Bolivie, un fonctionnaire des douanes contrôle l’identité de quelques passagers.
Comme je suis le dernier à quitter le bateau, et que j’ai pris mon temps pour quelques photos du lac, je me retrouve seul devant lui ; je présente la photocopie de mon passeport, qui s’avère inutile pour espérer continuer ma route.

“Sans le passeport original, vous devez retourner à La Paz !”
“…”

Il demande au chauffeur du bus de sortir mon sac à dos de la soute et me laisse sur le bord du trottoir alors que le bus poursuit sa route sans moi vers l’Isla del Sol.
Enervement de ma part (car un simple coup de fil à La Paz aurait permis de contrôler la régularité de ma situation) ; réaction du fonctionnaire qui me menace de m’expulser si je n’obtempère pas à ses ordres ; signature d’un carnet où mon nom apparaît après un liste de nombreux autres infortunés voyageurs qui comme moi ont du rebrousser chemin ;  retour sur l’autres rive … c’est fou comment la décision d’une petite autorité perdue au milieu d’un nul part bolivien peut vous gâcher l’existence !

Je suis venu marcher pour trois jours, alors je marcherai ! Je reprends à l’envers le trajet utilisé par le bus en longeant à pied de plus ou moins loin la partie sud du lago, en ayant cette fois-ci tout le temps d’admirer le paysage…



 





J’aurai également droit à mon bivouac au bord du Titicaca
 



et arrêterai ma randonnée le deuxième jour dans ce petit village
 


non pas que j’en avais assez de marcher, mais parce qu’un chien sans doute de mèche avec le fonctionnaire de la veille décida de prendre le bas de ma cuisse pour un morceau de gigot.
Je décide donc d’arrêter les frais et arrête un micro pour La Paz après avoir nettoyé la plaie.

Mon vaccin anti-rabbique reçu avant le départ doit être renforcé grâce à l’injection de deux doses supplémentaires espacées de trois jours.
Je contacte le docteur Parent de l’ambassade de France qui se procure en deux jours le vaccin de l’institut Pasteur.

Je trompe l’attente à la casa de ciclistas en compagnie de Paul, un Français qui achève à Lima un tour du monde en vélo couché après être passé par l’Asie, et ce couple de retraités canadiens, Jeff et Roz, qui ont démarré leur périple depuis la capitale péruvienne.  




Roz porte en bas du genou un tatouage avec le nom du blog, “shift happens”, qui se traduit par “un changement peut arriver”, ce qui résume finalement assez bien un voyage à vélo.



Je suis quant à moi peu fier d’exiber mon nouveau tatouage imprimé en une fraction de seconde au dessus du genou de façon un peu mordante … “shit happens”, ce qui se traduit élégamment par “des événements parfois discourtois peuvent arriver”.




J’effectue ce mardi matin la radio de contrôle de l’auriculaire, qui s’avère décevante : les os ne sont pas recollés.
Une première semaine d’attente supplémentaire pour ôter une première broche ; puis pause d’une atèle à garder pendant 15 jours pour espérer une guérison plus rapide ; sans garantie d’ailleurs de réussite ; et puis de la rééducation derrière … pas près de retourner sur le vélo.
L’éventualité d’un retour prématuré, dernière option non souhaitée, commence à prendre sur un camembert figuratif des différentes alternatives qui s’offrent à moi pour la continuité de ce voyage un pourcentage de plus en plus conséquent … shit really happens !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.